Archives mensuelles : décembre 2011

Cinq innovations qui vont (presque) bouleverser Commons

C’est la fin décembre, donc l’heure du bilan sur une année qui aura été riche en bâtiments facing left et en chatons récents, ou l’inverse. Commons, ce sont des catégories « femmes portant un chapeau et assises en croisant les genoux avec un collier vert », des modèles avec plein d’accolades qu’on dirait du LISP mais qui font qu’au final « sculpture en marbre » sera traduit en moldave et des photos qu’elles sont libres de chez libres. Mais c’est surtout un wiki, où quand on a des idées, on peut les implémenter facilement.

Encore plus de modèles

Le premier modèle, c’est {{Rugby match}}, qui permet d’avoir, en haut de chaque catégorie de rencontre sportive, les infos sur la date, le lieu (géolocalisation à venir) et les opposants d’une rencontre sportive. Extrêmement pratique quand on revient avec une centaine de photos à importer, il suffit de faire un modèle dédié et de le mettre sur toutes les photos. Ensuite, il est très facile de rajouter les catégories dédiées aux différentes phases du jeu ou au joueur, à grand coup de Cat-a-lot.

Le second modèle a le même rôle et même fonctionnement, mais pour les la catégorie dédiée à l’exposition temporaire comme un tag et ainsi de distinguer, pour une oeuvre donnée, le musée d’origine et le musée de prise de vue.

Des galeries originales

Les galeries, c’est bien. Les galeries qui reprennent une exposition en faisant des liens vers les peintres, les musées d’origine et les thèmes des peintures, c’est encore mieux.

Des catégories intuitives

L’un des gros soucis des catégories de Commons, c’est que les sous-catégories y sont souvent dans le désordre et selon une présentation alphabétique peu claire. On peut essayer de jouer avec les clés de rangement, ou on peut ajouter un tableau dans la catégorie pour présenter simplement les sous-catégories.

Des fois, les sous-catégories ne peuvent pas être décrites par du texte, ou alors cela nécessiterait de gros efforts. Pas grave, il suffit de faire comme pour ces cinq versions d’un même tableau de van Gogh et de mettre une galerie dans la catégorie.

Et en 2012 ?

Evidemment, chacun de ces usages est largement perfectible (géolocalisation, gestion du multilinguisme, flexibilité). Mais ils montrent que, lorsqu’un besoin apparaît à l’usage, il est généralement facile de le satisfaire par un léger détournement des usages existants plutôt que par un bouleversement en profondeur du logiciel Mediawiki.

Illustrations aux grands angles

Aujourd’hui je me balladais sur Wikipedia pour lire sur les fouilles de la villa romaine de Chiragan. J’arrive à la section des bustes et portraits d’empereurs romains que j’ai eu l’occasion de prendre en photos lors de l’exposition l’Image et le Pouvoir du musée Saint-Raymond. Je constate avec effroi que les photos sont prises de près et au grand angle.

Pour résumer une photo au grand angle et de près entraîne une image déformée de façon « sphérique », moins qu’avec un Fish-eye mais:

  • Les lignes seront fortement déformées
  • Le centre de l’image élargi, effet « gros pif »
Portraits avant au grand angle

Portraits avant au grand angle

Conseil : Au lieu de prendre la photo de près (et donc au grand angle), si on en a la possibilité il vaut mieux reculer et utiliser le zoom optique que l’on a pour serrer la photo sur la pièce que l’on souhaite : la vraie contrainte est alors en fait le recul maximum que l’on peut prendre dans le musée.

Portraits après (longue focale)

Portraits après (longue focale)

Pour finir, le grand angle permet quand même des prises de vues magnifiques et ce même dans les musées, mais il faut bien être conscient des déformations qu’il peut entraîner et jouer avec: par exemple la photo çi-dessous du plafond de la rotonde de Mars.

Plafond de la rotonde de mars du Louvre au 18mm

Plafond de la rotonde de mars du Louvre au 18mm

Suggestion de lecture: